L'urbanisme des milieux vivants ; Agence TER Grand Prix de l'urbanisme 2018

Ouvrage
Urbanisme
Paysage
Particulier
Professionnel
Citoyen curieux

" Dans un contexte global marqué par le réchauffement climatique et les problématiques environnementales, le Grand Prix de l'urbanisme 2018 a été décerné à un collectif de paysagistes dont les projets mettent, invariablement, la nature au centre : 
l'Agence TER.

Travaillant en amont des projets d'urbanisme, leurs interventions, connues dans plusieurs parties du monde pour s'inscrire dans le temps long, ont toutes en commun de participer à la conception d'un "urbanisme des milieux vivants". 
Pour Henri Bava, Michel Hösler et Olivier Philippe, les trois fondateurs de TER désormais à la tête d'une soixantaine de professionnels, le processus inéluctable de métropolisation doit s'accompagner d'une action paysagère et architecturale vertueuse, respectueuse, en chaque lieu, des héritages des hommes et de la nature qui les entoure.

En ville, l'agence TER végétalise, conçoit des places-parcs, invente de nouvelles spatialité ; à l'échelle des grands territoires, elle cherche à neutraliser les effets délétères de l'étalement urbain par une attention accrue à la préservation de la qualité des sols, de l'air, de l'eau et au maintien des activités agricoles.

Autant de façons de créer ou recréer des liens entre la ville et les milieux vivants ; et de donner la voix au paysage afin de répondre aux urgences d'une époque.

Trois autres personnalités ont été saluées par cette session du Grand Prix de l'urbanisme : Patrick Bouchain, architecte qui a su convertir les délaissés urbains et qui a initié l'urbanisme transitoire ; François Leclerc, architecte et urbaniste qui oeuvre au réinvestissement des infrastructures et à la revitalisation des rez-de-chaussée ; et Jacqueline Osty, paysagiste deux fois lauréate du Grand Prix national du paysage, dont l'approche sensible est sous-tendue par une grande habilité spatiale."

Petit traité du jardin punk ; Apprendre à désapprendre

Ouvrage
Paysage
Particulier
Professionnel
Citoyen curieux

" Avant d'être une réflexion, le jardin punk est une réaction épidermique, une riposte contre le béton et l'intolérable rectitude des espaces de vie.
Il invite à discerner le potentiel de tout lieu pour l'investir, l'améliorer, reconquérir la biodiversité et faire passer la nature d'un statut dérisoire, voire inexistant, à un statut remarquable.
S'émancipant des règles du jardinage traditionnel, les espaces créés (publics ou privés) sont décomplexés, plus libres, plus beaux, sauvages - et les jardiniers aussi.

Le règne végétal peut enfin reprendre ses droits ! Fainéants, rebelles, fauchés, écolos... découvrez, au fil des pages de ce petit livre, les conseils et astuces (à transgresser bien évidemment) qui vous permettront de "punkiser" efficacement votre jardin.

De quoi joyeusement lier transgression et transition. "

Faire battre le coeur des villes

Ouvrage
Architecture
Urbanisme
Paysage
Collectivité
Particulier
Professionnel
Citoyen curieux

" Soumis à rude épreuve, les coeurs des villes risquent parfois l'embollie.
Dans ce livre, une vingtaine de contributeurs se penchent sur le devenir de ces centres vitaux à régénérer pour qu'ils battent durablement mieux.
Publié à l'occasion d'In-Situ 2018, Ve Biennale d'architecture et d'urbanisme de Caen, " Faire battre le coeur des villes " s'inscrit dans une continuité avec " Habiter, imaginons l'évidence " et " (Re)construire la ville sur mesure" , parus respectivement en 2013 et 2016 chez le même éditeur.
Composé d'un triptyque, ce livre s'intéresse d'abord à la vie des centres et aux centres des villes ; puis il explore les pistes pour apporter aux villes le souffle vital de la culture ; et il propose enfin d'introduire et d'adapter l'écologie à l'environnement urbain.
L'ensemble contient de nombreux exemples .
Il est destiné autant à produire chez le lecteur une prise de conscience qu'à apporter des solutions à la hauteur de l'enjeu ; la maîtrise du fait urbain au bénéfice d'une meilleure qualité de vie en ville. " 

Le périurbain, espace à vivre

Ouvrage
Architecture
Urbanisme
Paysage
Collectivité
Particulier
Professionnel
Citoyen curieux

" Périurbain : le terme s'est imposé en France dès les années 1970-1980 pour designer ces espaces ruraux " grignotés " par l'urbanisation.
Quels maux ne lui a-t-on pas associés !
Consommation de terres agricoles, qualité médiocre des constructions pavillonnaires, dépendance des habitants à l'automobile, mode de vie individualiste, etc.
Autant de critiques qui n'auront pas eu raison de l'engouement des français pour ce cadre de vie hors de la ville - où ils continuent toutefois de se rendre quotidiennement pour travailler, accéder aux services, aux loisirs...
Plusieurs décennies de " lutte contre l'étalement urbain " n'ont pas réussi à endiguer le phénomène.
C'est pour dépasser ces contradictions et malentendus qu'un Atelier des territoires à été lancé, directement lié à la réalité de terrain de cinq sites volontaires : le Nord-Corrèze (19), la communauté de communes de Nozay (44), la métropole caennaise (14), la communauté de communes du Bassée-Montois (77) et l'agglomération troyenne (10).
Sous la supervision des directions départementales des territoires (DDT), ces sites ont bénéficié de l'appui d'une équipe pluridisciplinaire coordonnée par les bureaux d'études Alphaville, Acadie, Interland et Obras.
A partir de la " matière vive " issue de ces travaux, un groupe d'experts a tiré des enseignements et recommandations prenant à
revers nombre d'idées reçues.
Ce sont ces regards croisés de praticiens, chercheurs et citoyens que cet ouvrage invite à découvrir.
Puisse cette démarche contribuer à ré-imaginer la périphérie de nos villes et à accélérer les transitions positives déjà à l'oeuvre dans de nombreux territoires pionniers. "

Densifier / Dédensifier Penser les campagnes urbaines

Ouvrage
Architecture
Urbanisme
Paysage
Collectivité
Particulier
Professionnel
Citoyen curieux

" En France, les territoires qui ne sont ni ville ni campagne, mais empruntent à l'une et à l'autre, connaissent depuis 30 ans une forte croissance démographique, donnant lieu à un habitat et à des rythmes de vie discontinus.
Quelles soient périurbaines ou plus lointaines, ces campagnes urbaines ont aujourd'hui leur propre logique de développement. Tout à la fois en dépendance avec les villes centres et les flux de la mondialisation, et en relation avec les villages, les bourgs, le monde rural et les paysages qui les environnent, elles séduisent par les manières d'être et d'habiter spécifiques qu'elles offrent à leurs résidents.
Or, alertent les contributions rassemblées dans cet ouvrage, la pression démographique et foncière constitue une menace inquiétante pour l'équilibre de ces territoires, cultivés mais fragiles : le sol, essentiel à l'agriculture et à la biodiversité, se raréfie ; leur potentiel durable est mis à mal.
Ces campagnes à la ville peuvent-elles accueillir de nouvelles formes de densification ? Doivent-elles au contraire être dédensifiées ?
Le défi, à la fois social, paysager, économique et écologique, est considérable. "

200 initiatives pour la transition énergétique des territoires ; Qui peut faire quoi ?

Ouvrage
Architecture
Urbanisme
Paysage
Pédagogie
Collectivité
Enseignant
Particulier
Professionnel
Citoyen curieux

" Et si nous faisions en sorte que nos villes et nos territoires soient plus sobres et plus inventifs sur la plan énergétique ?
Tel est le pari militant de ce livre qui met l'accent sur le rôle de chaque acteur pour y parvenir : du plus petit échelon, l'usager, au plus grand, l'Etat, en passant par les entreprises, les villes, les aménageurs...chacun a sa part à jouer.
Fourmillant d'exemples en France et à l'étranger, ce livre témoigne de la mise en marche de la transition énergétique.
Lucide, Il sait  que rien n'est encore gagné. Pour être efficace, toutes ces initiatives doivent être mises en résonnance et devenir l'ordinaire de l'action urbaine.
Et, au bout du compte, nulle avancée ne saurait se faire sans l'implication du citoyen.
Usagers, entreprises, concepteurs, opérateurs immobiliers, aménageurs, grandes villes, collectivités territoriales, Etat, tous concernés par la transition énergétique des territoires. "

Regards sur 20 ans d'architecture à Aix-en-Provence et en Pays d'Aix 1998-2018

Ouvrage
Architecture
Particulier
Professionnel
Citoyen curieux

" Aix-en-provence ne se limite pas à une ville des XVIIe et XVIIIe siècle, mais elle est aussi une ville qui accepte ses différences.
En montrant comment l'architecture contemporaine est un faire-valoir, une continuité susceptible d'accompagner l'architecture plus ancienne, nous avons voulu présenter au lecteur cette autre vision et lui faire appréhender une ville moderne malgré son puissant et lourd héritage patrimonial.
L'association DEVENIR, auteure du présent ouvrage, a pour vocation de développer des relations entre les partenaires de l'art de bâtir, et d'encourager la reflexion sur les projets urbains et architecturaux du Pays d'Aix-en-Provence et sur le territoire de la métropole Aix-Marseille-Provence.
Ce guide, non exhaustif, propose une ouverture à l'histoire que nous sommes en train d'écrire, donnant ainsi à voir ce que sera notre patrimoine demain ".

Association DEVENIR

Ensemble et séparément ; Des lieux pour cohabiter

Ouvrage
Architecture
Particulier
Professionnel
Citoyen curieux

" Qu'ils habitent Genève, Nagoya, New York ou Montréal, mais aussi Montreuil, Paris, Moult, Nantes, Mulhouse ou Rambouillet, qu'ils soient jeunes, quinquagénaires ou plus âgés, militants, réunis en fratries, parents ou grand-parents avec enfants adultes... tous ont en commun de vivre ensemble et séparément.
La cohabitation se diffuse aujourd'hui et ne se résume pas seulement à la colocation étudiante.
Mais vivre avec un tiers sans lien amoureux est inhabituel et implique de trouver un modus vivendi, la "bonne distance", la "familiarité sans intrusion".
Des propositions spatiales spécifiques, qui réinterrogent aussi la manière de concevoir le logement contemporain, doivent être mises en place.
À côté de l'aménagement bricolé dans un logement existant, des lieux pensés pour organiser la cohabitation sont apparus ces dernières années.
Quelles sont leurs caractéristiques ? Comment les habitants de tous âges s'y adaptent-ils ? Quels modes de vie inventent-ils ? Quelles valeurs partagent-ils ?
Pour répondre à ces nouvelles pratiques de vie, des solutions spaciales où l'intimité est protégée et les lieux de rencontre bien pensés sont imaginés.
Les entretiens avec les cohabitants, l'observation des lieux, les photographies et les relevés de plans habités permettent de comprendre la reception de dispositifs encore expérimentaux, mais aussi d'évaluer l'évolution des moeurs et des modes de vie qu'ils soutiennent".

L'oeuvre des matières

Ouvrage
Architecture
Urbanisme
Paysage
Citoyen curieux
Particulier

" Ivry Serres est architecte.
Ivry Serres est un promeneur attentif qui cultive un regard singulier sur le monde. De ces instants naissent une culture. Une culture empreinte de réalité, à la fois concrète et sensible.
Mais il sait que pour mieux s’ancrer il faut s’abstraire. Et cette abstraction est plus savante. Elle est celle qu’il peut transmettre à ses étudiants et qui le rattache à une culture de la discipline.
L’œuvre des matières est le reflet d’une pensée qui tente de lier le corps et l’esprit. La Structure et la Matière.
Essais recueille l’ensemble des Matières de l’architecte qui, très concrètes ou très abstraites, dialoguent entre elles, formulent l’ouverture d’une conscience et nous donner à lire une pensée en construction, en perpétuel éveil. "
Sources : Cosa Mentale 

Le M'Zab ; une leçon d'architecture

Ouvrage
Architecture
Paysage
Citoyen curieux
Particulier

" Au Sahara, mille ans d’une architecture exemplaire sans architecte ont inspiré une philosophie de la ville à André Ravéreau. Le progrès technique aujourd’hui, dans sa fuite en avant, ne permet plus aux architectes que d’être ses expérimentateurs. Dans ce périlleux exercice, et privés des certitudes anciennes, il nous faut donc redoubler de vigilance pour que l’architecture garde un sens. Une société, autrefois, a été poussée à choisir, en toute connaissance des prouesses techniques et des raffinements décoratifs d’alors, de partir des besoins élémentaires de l’homme, d’étudier les matériaux présents, le climat, et de construire sans ornements, dans la plus stricte et élémentaire logique. Il en est résulté… la grâce ! Cette démarche est un enseignement.
Les 117 photographies de Manuelle Roche, en noir et en couleurs, comme les 27 figures, ne sont pas ici de simples illustrations. Elles courent en contrepoint du texte."
Sources : Actes Sud